Robin Foster." /> Robin Foster."> Robin Foster

Robin Foster

Un artiste méconnu , du rock cinématographique, découvrez Robin Foster.

Robin Foster

 

                Il y a des soirs comme ça où on n’attend jamais grand-chose.  Je pense à ces fêtes de la musique où l’on sort pour sortir sachant que dans des villes moyennes comme Lorient, on ne trouvera jamais son bonheur. On connait quelques groupes, on boit quelques verres, on tourne vite en rond et on veut rentrer chez soi. Ce soir-là, nous étions prêts  à rentrer. Et dans un dernier sursaut, nous avons donné une dernière chance à cette fête de la musique, un groupe en costard classe entamait son set et nous sommes restés hypnotisés pendant 2 h.

                Je comprends vite que le groupe c’est ce bonhomme barbu. Méga classe, un accent anglais, un son que j’avais rarement entendu, mais qui est ce bonhomme ? Le concert passe, l’école de musique de Lorient intègre le show (joli tour !), et un chanteur  Dave Pen (ce nom me dit quelque chose.. ) assure la voix sur quelques morceaux. A la sortie, je ne détache pas du concert d’autant  plus que les amis de Bretagne ou de Bordeaux ont passé une soirée musicale moyenne.

               


Mais qui est ce ??

 

                Robin Foster est anglais et vient de Kendal au nord .Il débarque en Bretagne pour continuer ses études, il ne quittera plus le Finistère. Il a deux grosses passions dans la vie : le cinéma et la musique et il va réussir à associer les deux.

                 Il forme ses premiers groupes à Brest et devient guitariste de « Beth ». Avec ce groupe, il enregistre quelques morceaux et fait les premières parties de Yann Tiersen ou Dionysos. En 2004, le groupe devient « Moneypenny » et réussit à faire les premières parties de Placebo ou des Kills avant de splitter.

                Dès 2006, Robin Foster décide de se lancer en solo. Son premier album « Life is Elsewhere » pourrait se qualifier de post rock ou plutôt de rock cinématographique. Ses morceaux, principalement instrumentaux, happe l’auditeur et ne le lâche qu’une fois la boucle terminée. Le cinéma influence sa musique « D.A.D.O.E.S » inspiré du roman éponyme de Philip K Dick ( Adapté au cinéma par Ridley Scott sous le nom de Blade Runner) ou encore « Save the Cheerleader » inspiré de la série « Heroes ».

 

Disco ouessant


                Fin 2011, son deuxième opus sort. Cet album est marqué par les décès de deux de ses amis proches et par les rencontres de Dave Pen ( chanteur d’Archive) et de Niddi O. On monte d’un cran en gardant le style propre à Robin, les interprétations des chanteurs invités sont magnifiques et la guitare trouve toujours ces sons envoûtants .

 

Forgiveness feat Dave Pen

 

Portée de sa musique


                Le nom de ce guitariste ne vous dit rien et pourtant vous l’avez peut être déjà entendu. Grand ami du cinéaste Sean Ellis, les musiques de Robin Foster ont été reprises dans plusieurs de ses publicités (Hugo Boss notamment). Nous pouvons retrouver des morceaux dans la série « One Tree Hill » également (« Goodnight and god bless », S07 E04, ou « Forgiveness » dans la saison 2012).

On retrouvera la musique de Robin Foster dans le prochain film de Sean Ellis : Metro Manila.

 

Blue Light At Dusk , pub Sundeck


 

DADOES , Pub Kenneth Cole

  

                Pour finir, je conseillerai vivement d’aller le voir sur scène ou encore de le passer en boucle pendant une bonne scéance de lecture ..

 

MaxouHBK29

               

 


comments powered by Disqus
Publié le Lundi 28 Mai 2012 à 01:35